chargement des résultats
Enseigner l'UX
Opthalmologie et vision

Enseigner l'UX

Un groupe pour fédérer tous ceux qui enseignent l'UX afin de partager vos questions ressources et astuces.

A propos
9 Abonnés
Responsables · Postuler
  • Posts Récents
  • Tendances
  • Plus populaire
  • ·
  • ·
  • Les personas et les feedbacks des étudiants, des outils d’optimisation de l’enseignement

    En termes de gestion d’étudiants, c’est marrant, parce que tu as des personas d’étudiants , des typologies et des pattern que tu retrouves d’une promotion à l’autre.

  • Tu as le profil “à convaincre”, celui qui te regarde quand tu arrives au début du cours, type : "Montre-moi ce que tu vaux, prouve-moi que ça va être intéressant d’être là et que ça va m’apporter quelque chose d’assister à ton cours”. 
  • Il ne te le dit pas comme ça, mais tu vois dans ses yeux qu’il faut que tu fasses tes preuves. Au début, ça m’a un peu interpellée parce que ce n’est pas du tout ma personnalité, donc c'était marrant de me retrouver face à cette réaction. Mais si ton cours a un vrai apport, ce profil-là est vite rassuré et embarqué. 

    J’ai plutôt la chance d’avoir eu des promotions d’élèves cools, ils vont être bien les futurs UX. ;)

    En termes de situation d’enseignement plus complexe à gérer, une année j’ai eu une promotion à laquelle j’avais donné un travail d’interviews à réaliser dans le cadre d’un cours de User Research.

    Le cours et le travail sont arrivés en parallèle d’autres rendus dans leur cursus, ce qui a généré énormément de travail supplémentaire pour eux, et en doublon avec un autre projet pour lequel ils devaient faire des interviews aussi.

    Ils m’ont remonté le point à l’issue d’un cours et nous avons dû, avec le référent de la filière, rediscuter du programme et réadapter le contenu des cours sur deux axes :

  • On a resolidarisé le cours avec leur projet de semestre, et on a plutôt positionné plus en amont le cours de user research avec le fait qu'il soit collé à leur grand projet. 
  • On a changé l’objectif du cours pour qu’il vienne plutôt comme support théorique pour qu’ils puissent appliquer la discipline dans leur grand projet de semestre. J’évalue ensuite l’application de la théorie à leur pratique et je ne leur donne pas de sujet complet à traiter en supplément.

    Sur le coup, ce n'était pas un moment agréable, parce que j’ai dû réajuster tout le programme de ma journée en live, mais ça a été très riche d’enseignements et ça nous a permis d’identifier les points à réajuster et de les rétablir.

    J’ai aussi fait le constat que quand ça fait des années qu’on travaille dans un domaine, et qu’on s’adresse à des étudiants, o n a tendance à oublier que pour eux, c’est la première fois qu’ils font l’exercice, et que forcément ils vont mettre plus de temps, ils vont s’éparpiller, ils vont faire des essais, des erreurs, ils sont là pour ça. 

    Maintenant j’ai bien retravaillé les briques de mon cours, je leur demande un peu moins mais mieux pour qu’ils puissent prendre plus de temps d’intégrer les notions et assurer une qualité d’apprentissage plus élevée.

    Et finalement, ces feedbacks des étudiants ont été extrêmement précieux car les deux promotions d’après, le modèle choisi a très bien fonctionné. Une nouvelle fois, l’intégration de feedback des utilisateurs finaux du cours ont permis de bien améliorer l’expérience et l’efficacité de ce module de cours et de son contenu.

  • merci! Utile
  • Pas utile
  • Pas sûr
  • Enseigner l’UX, les différences entre le présentiel et le distanciel

    L’enseignement en école ou en université est un vrai challenge humain. Finalement, beaucoup de notions et de connaissances passent par le lien que tu arrives à développer avec ta classe. C’est marrant parce que c’est un peu de la continuité de notre métier de user researcher, il y a des similitudes. 

    Ce que je trouve le plus difficile, c'est l’enseignement à distance. C’est plus difficile de sentir l’énergie de la classe, alors qu’en présentiel je vois à quel moment ils décrochent.

    Je peux m’adapter au rythme et au besoin de la classe sur le moment. 

    Si je commence à perdre leur attention parce que ça fait une heure et demie qu’on est en train de parler de théorie, là je vais faire une pause, ou je vais les motiver, leur dire : “Courage, on fait encore cinq minutes et après on coupe et on relâche tout.” 

    Avoir cet échange-là quand tu es à distance c’est beaucoup plus difficile. 

    Si tu présentes des slides, déjà, ça prend une partie de ton écran, tu vois quatre ou cinq vignettes à côté, ce sont généralement les plus motivés, ceux qui ont leur caméra, le reste de la classe, les 14 autres, tu ne sais pas dans quel état ils sont, tu ne sais pas s'ils sont encore devant leur ordi, s’ils t’écoutent ou pas, s’ils sont en train de chatter avec leurs potes. 

    Après c’est leur problème à eux d’écouter ton cours ou pas, en tout cas, mais c’est ton rôle à toi de leur donner de l’énergie et de t’adapter à leur contexte du moment, et c’est quelque chose de plus difficile à distance je trouve. 

    J’ai trouvé quelques techniques pour faire réagir tout le monde, pour les faire participer au cours, pour dynamiser la séance, je fais beaucoup plus d’icebreakers, d’échauffements aussi. Ce sont des points sur lesquels je suis plus vigilante à distance par rapport au présentiel. Les quelques techniques que j’utilise :

  • Faire un ice breaker en démarrage de cours, et je vois vraiment la différence avec ceux pour lesquels je n’en fais pas. Le dernier cours que j’ai fait cette semaine par exemple, je n’ai pas eu le temps de faire un ice breaker dans le timing et tu sens que tu ne leur as pas insufflé le même niveau d’énergie. Même sur une classe de 19 élèves, en dix minutes ou un quart d’heure, tu as fait un ice breaker donc je pense que ça vaut le coup d’investir ce temps-là pour le reste du cours, pour leur expérience. ;)
  • Anticiper les questions de logistique. Je leur envoie un message la veille pour leur rappeler les horaires, leur donner mes coordonnées et les motiver, leur rappeler aussi que je vais leur demander de mettre leur caméra. C’est important de les préparer suffisamment en avance pour qu’ils ne se retrouvent pas devant le fait accompli le matin, à mettre la caméra alors qu’ils sont en pyjama, il faut aussi qu'ils soient prêts. C'est un niveau d'engagement aussi qu’on demande aux étudiants. Cela permet de les soulager de toutes les petites frictions type ‘où est le lien de connexion ?”, “à quelle heure est le cours ?”, etc. 
  • Être prêt avant le démarrage du cours. Je me connecte toujours 5-10 minutes à l’avance aussi et ça permet de discuter avec eux, les plus ponctuels ou ceux qui viennent d’arriver tôt,
  • Des pauses régulières, même si ce n’est que cinq ou dix minutes pour qu’ils rechargent leur batteries, pour qu’ils aillent se faire un café, fumer une cigarette. 
  • Travailler le cours de manière interactive et interagir avec eux un maximum. À distance, la concentration n’est pas la même, donc pour contrebalancer cela je leur pose beaucoup de questions au niveau du cours, je les fais réagir, participer. Et lorsqu’on travaille des exercices, qu’il y a des rendus, je leur fais faire des feedbacks au groupe qui présente. 

    Ce sont des techniques que j’ai développées de mon côté, et je serais curieuse d’en échanger et d’en apprendre de nouvelles !

  • Carine Charles · UX designer & researcher · il y a 11 mois
    • merci! Utile
    • Pas utile
    • Pas sûr
  • REX: Enseigner l’UX à ses élèves

    C’est super compliqué parce qu’il faut être descendant, parce qu’on est quand même là pour apporter de la connaissance. 

    On sait que de plus en plus, les gens en ont marre de ça. Autant avant on pouvait se poser 4 heures pour écouter quelqu’un parler, et on savait que derrière il fallait qu’on bachote le truc. 

    Maintenant si tu fais quelque chose comme ça, ça ne marche juste pas. 

    Donc comment intéresser ? 

    C’est une question de rythme, de curiosité, de surprise, donc comment est-ce que rien que dans ta présentation, dans la manière dont elle est faite, tu switches le format de temps en temps pour remettre un petit peu de la curiosité. 

    Comment tu mixes un format assez visuel avec des slides où tu n’es plus obligé de mettre des textes, tout en mélangeant le défi d’avoir sur des sujets comme l’ergonomie cognitive d’être obligé à un moment de parler, d’écrire de la théorie.

  • Comment est-ce que régulièrement, tu poses des questions ?
  • Comment est-ce que les slides posent des questions? 
  • Comment est-ce qu’à un moment tu arrêtes et tu fais partir dans une discussion ?

    Il y a tout ça. 

  • La base théorique, tu peux l’avoir, mais comment tu entrecoupes ça en donnant le pouvoir aussi aux personnes ?
  • En leur faisant réagir sur leur expérience perso ?

    Réponse: En mettant des petits exercices assez régulièrement, comme un sprint.

    Régulièrement, on s’arrête et on fait un exercice avec un format différent, un exercice à base de : 

    “Allez, on se met tous des post-it, on génère des idées, on vient tous au tableau, on met des idéesqu’on recoupe. “

    Un exemple sur un sujet assez compliqué : 

  • On a parlé de mémoire à court terme, de mémoire à long terme etc. 
  • Ok, maintenant on va tous venir, vous allez mettre 3 idées que vous avez retenues et partager une expérience personnelle
  • on vient au tableau, je vous laisse refaire la priorisation donc vous avez tous mis des post-it, des sujets. Vous avez des éléments saillants que vous devez retenir. 
  • Ok maintenant que vous les avez tous mis, regroupez-les pour vous quelles sont les choses qui vous sont le plus restées en tête dans la collectivité, dans votre classe. 

    Ça prend du temps, mais tu es en train de les faire re-réflechir sur les trucs qu’ils viennent de voir, ils vont se parler entre eux, et passer du temps sur les idées que tu as voulu leur transmettre, donc il vont les retenir. 

    Ça marche bien. Ton programme ne pourrait pas être aussi rapide que ce que tu voulais, mais encore une fois, c'est une question de priorité. 

    Il faut absolument qu’à la fin du cours, ils aient retenu ça. 

    Du coup, là, je vais les faire revenir sur telle partie du cours, et je vais les faire réfléchir dessus. 

    Je trouve que ça, c’est essentiel : Comment tu fais participer, pas uniquement dans des exercices de production, mais faire ce qu’on ne voyait pas souvent à notre époque, un exercice de réflexion sur ce qu’on vient de faire ?

    Pour moi, c’est un peu l’essentiel. 

    Les formats, visuellement, de temps en temps des formats un peu rigolos, genre l’air de rien mettre un Gif dans un slide qui va prendre tout l’écran, en rapport avec le sujet. 

    Quand tu ris, ton cerveau il se réveille un petit peu. 

    En fait, tu peux faire un vrai journey de ton truc :

  • À quel moment tu leurs mets la patate ?
  • À quel moment tu sais qu’ils vont être endormis ?
  • À quel moment ils bougent, ils font un exercice ?
  • À quel moment tu fais les pauses ?

    Pour finir il faut que le cours serve aussi à un projet.

    Donc assez rapidement dans le cours, tu mets en place : 

    “Voilà le projet sur lequel on va travailler sur les trois prochains jours, ça, c’est sur lequel vous allez être noté. Et maintenant on va continuer le cours, et on va co-construire le projet au fur et à mesure qu’on apprend les trucs dans le cours. Donc voilà le cours, voilà votre projet, vous avez deux jours pour appliquer tout ce qu’on vient de voir. “

    On va co-construire la note avec eux. En fait, la note, elle n’est pas tellement importante. Tu co-construis le savoir et le projetavec eux, tu entrecoupes de session de travail solo ou en groupe, d’exercices, un peu de théorie, on repasse sur la pratique. 

    À la fin, ils vont tous avoir une bonne note parce qu’on a co-construit le savoir et la pratique et avec le temps, ils auront appris. 

    Je leur fais construire la théorie avant de leur présenter. 

    Ils se plantent complètement, mais c’est pas un souci. Parce qu’ils activent tous les préjugés, les croyances, les idées préétablies sur le sujet, tu leur fais parler dessus.

    Moi, par exemple c’est les critères de Bastien et scapin Je ne leur présente pas les critères de Bastien et scapin tels quels. 

    J’attends même assez longtemps avant de présenter ces critères car ils sont balèze.

    Je leur demande, “ maintenant, on va se poser, on va bosser tous ensemble sur Miro” quand c’est des cours à distance.

    Et je leur dis : 

    “Vous êtes tous conscients que parfois il y a des interfaces sur lesquels tout semble facile, vous arrivez facilement, vous ne posez même pas de questions, et au contraire il y a des interfaces où c’est lourd. Il y a des critères qui existent, et là, je vais vous demander à vous, vous prenez chacun 7 à 10 post-it et écrivez chacun sur ces post-it un critère, un élément de qu’est-ce que c’est une bonne interface. “

    Chacun génère plein de critères. Je leur donne un exemple de comment ça peut être rédigé, sans leur montrer un exemple de critère. 

    Donc tout le monde me rédige des critères et puis ils viennent me les présenter et j’entends des idées de critères d’ergonomie type :

    “Donc moi je pense qu'ils faut que les choses qui se ressemblent aillent ensemble, il faut que ce soit joli, etc.” 

    Ils sont en train de co-construire cette notion de critère, ils sont prêts à recevoir l’enseignement. 

    Ils regroupent tout, on en sort chaque groupe je leur demande de les titrer.

    “ Voilà, vous avez mis 8 post-it qui parlent de telle concept, ce groupe, c’est quoi le critère général qui résume ce concept? “

    À la fin, j’ai plein de critères qui sont créés, et des qui n’ont parfois aucun sens. 

    Et à partir de là, moi je dis : 

    “Ben voilà, ce sont des critères que vous venez de créer selon vos expériences avec des interfaces, et il existe de vrais critères.”

    Et là, par exemple, ça dépend de la taille du cours, soit je leur fait un cours sur l’ergonomie et la psychologie cognitive.

    Si j’ai moins de temps, je leur dis, ça:  “Ce sont les critères selon vous, et maintenant je vous propose d’autres papiers, d’autres critères et vous pouvez les mettre dans les groupes que vous venez de créer, il y en a certains qui ne vont pas entrer dans vos groupes parce que vous ne saviez pas que cela peut être un critère d’ergonomie d’interface ”

    Au fond, ils construisent petit à petit les critères, et à la fin je leur présente les vrais critères et ils disent : 

    “On n’y a vraiment pas pensé.” 

    Ils se prennent vraiment la tête dessus, en travaillant vraiment entre eux. Puis deux jours après, quand je leur demande de me parler des critères, et bien ils s’en souviendront bien mieux comme ça.

    • merci! Utile
    • Pas utile
    • Pas sûr
  • Mes conseils pour mes étudiants sur la méthodologie
    Bien que l'utilisation des méthodologies UX soit une bonne base pour votre travail, elles ne sont pas toujours pertinentes à suivre. Prenez du recul Prenez un recul par rapport aux outils qu’on vous enseigne à l’école. Au début, vous pensez comme tout le monde et vous faites votre design sprint en respectant les règles. Les méthodologies fonctionnent généralement dans des contextes spécifiques mais ne seront pas souvent 100% appliquées à votre situation. Bien que ces méthodologies constituent une bonne base pour l'UX, vous devez également utiliser votre créativité pour vous adapter au projet. Mon avertissement sur les méthodologies L'avertissement que je donne est que vous ne devriez pas vous contenter d'utiliser uniquement des méthodologies dans votre travail.  Les méthodologies peuvent être trop structurées avec différentes étapes à suivre. Par contre, vous devriez être capable de travailler avec différentes limitations telles que le temps.  Certaines personnes se retrouvent facilement coincées parce qu'elles ne l'ont pas appris à l'école mais d'autres seront plus pragmatiques. Vous devriez prendre du recul et analyser quels sont les éléments clés et comment ils peuvent être appliqués dans votre contexte. Comment allez-vous satisfaire la demande de vos parties prenantes / Clients? Soyez raisonnable Ce n'est peut-être pas évident, surtout lorsque vous avez été nourri de littérature et de théories différentes à l'école. Utiliser les méthodologies UX c'est bien, mais il y a une autre dimension que vous devez atteindre qui déterminera si vous êtes un designer adapté sur le marché - quittez le côté scolaire.  Il peut y avoir de grands écarts entre les méthodologies et la réalité (je pense au design sprint.)  Par conséquent, ce qui fera la différence, c’est de savoir choisir quelles parties des méthodologies qui vous aidera, et quelle partie devrait être ignorée.
    • merci! Utile
    • Pas utile
    • Pas sûr
  • Un cours sur la microtypographie pour améliorer vos interfaces
    • merci! Utile
    • Pas utile
    • Pas sûr
  • L'histoire du design dans la silicon valley
    Voici un cours enseigné à Strate sur l'histoire du design que j'ai trouvé repartagé par son auteur sur twitter par hasard. Je le repartage ici car même pour moi c'était super intéressant (puis c'est créé sur Workflowy, un outil qui m'a sauvé la vie ou plutôt le cerveau): https://workflowy.com/s/strate-history-of-te/a4ID6kKtznLwQC7C Par contre désolé pour l'auteur, je ne me rappelle pas du nom. Donc si tu lis ce post, laisse un commentaire et avec plaisir pour t'assigner ce post :)
    • merci! Utile
    • Pas utile
    • Pas sûr
  • Les cours de Guillaume Gronier
    Une belle trouvaille: Guillaume à mis ses cours en ligne à télécharger. On va retrouver des cours sur des méthodes et livrables spécifiques: Analyse des besoins (observations et enquêtes par questionnaires) (PDF, 32 Mo) Expérience Map Personas Design persuasif Iconographie Tri de cartes Complétion de phrases Echelles d’utilisabilité et UX Analyse experte Test des 5 secondes Tests utilisateurs Ca se trouve ici et ca peu inspirer d'autres personnes. http://www.guillaumegronier.com/cv/enseignements/ Il y a aussi des cours sur les émotions et la psychologie cognitives. Introduction et définitions La perception L’attention L’apprentissage La mémoire La résolution de problème
    • merci! Utile
    • Pas utile
    • Pas sûr
  • Cours: Initiation à L'UX Design
    Petit deck d'introduction repéré sur linkedin et réalisé par Sébastien L'hoste . Ce que j'aime beaucoup c'est la didactique derrière le discours. Ce n'est qu'un bout, et j'espère qu'il pourra nous partager ses concepts plus en détail dans le futur :)
    • merci! Utile
    • Pas utile
    • Pas sûr
  • A propos
    9 Abonnés
    Responsables · Postuler